Décryptages

Le PayGo ou l’avenir du crédit consommation des populations africaines


Actuellement, plus de 100 millions de personnes bénéficient d'un meilleur accès à l'énergie grâce à un produit solaire hors réseau. Au second semestre de l’année 2021, près de 4 millions de produits d'éclairage (lampes solaires, systèmes multi-lumières et systèmes solaires domestiques) ont été vendus dans le monde, soit 15% de plus qu’au premier semestre de la même année. Une hausse principalement imputable à la croissance des ventes de produits via le modèle du "Pay-As-You-GO", totalisant près de 40% des ventes globales. En effet, les volumes des ventes de produits solaires par le moyen de paiements échelonnés ont atteint des niveaux jamais enregistrés auparavant, avec plus d’1,5 million d'unités qui ont été vendues entre les mois de juillet et décembre 2021, pour une valeur avoisinant les 243 millions de dollars. Cette performance, qui représente une augmentation de plus de 60% par rapport à 2018 (950 000 millions d’unités vendues alors) a été en partie rendue possible par la croissance des ventes de lanternes solaires, qui ont plus que doublé (+121%) au cours des deux dernières années.

Ces volumes records enregistrés attestent de l’indéniable pertinence du modèle PayGo comme moyen de financement alternatif pour une importante frange de la population africaine, permettant à cette dernière de financer l’acquisition ou l’utilisation de produits solaires en versant un acompte à l’achat, puis en sectionnant le reste du montant en petits paiements de fréquences variables (journalières, hebdomadaires ou mensuelles). Ainsi, le PayGo continue de faire ses preuves, améliorant la qualité de vie de millions de personnes, en fournissant une énergie propre et un financement à des clients souvent exclus des réseaux publics d’énergie et des institutions financières traditionnelles.


Initialement popularisé pour des besoins d’éclairage, ce modèle commercial de paiement à l'utilisation semble progressivement conquérir de nouveaux champs d’application. Ainsi, depuis quelques années, les sociétés fournissant les dispositifs solaires domestiques ont intégré à leur offre initiale, une série d’appareils électroménagers alimentés grâce au kit déjà installé. Dans certaines zones du continent aux niveaux extrêmement bas de revenus journaliers par habitants, l’amélioration du confort ou les opportunités économiques inhérentes à la possession d'un réfrigérateur ou d'un téléviseur ne sont pas négligeables. Ainsi, depuis 2018, ce sont plus de 870 000 TV qui ont été vendues, dont plus de 90% par le moyen du PayGo en particulier en Afrique.


Le PayGo, nouveau prêt à la consommation ?


Le PayGo par sa flexibilité et son caractère abordable semble donc apporter une alternative de taille à une partie de la population encore exclue financièrement ou ayant difficilement accès au crédit. En effet, les taux de bancarisation demeurent indéniablement faibles en Afrique Subsaharienne, en raison notamment d'une insuffisance de fonds des populations, du manque de documentations, de l’éloignement des institutions financières et de la cherté des services financiers. Malgré l’incontestable émergence de moyens alternatifs aux banques traditionnelles (au premier rang desquels le mobile money), l’accès aux moyens de financement des populations demeure considérablement restreint à une élite.


En zone UEMOA, moins de 20% de la population dispose en effet d’un compte auprès d'une institution financière. Parmi ces clients "bancarisés", beaucoup se retrouvent classés comme non-éligibles au crédit au vu de leur situation, réduisant de fait les moyens d’obtenir un prêt pour l’acquisition d’équipements ou pour le financement d’autres types de dépenses (éducation, santé, etc.). Le PayGo, historiquement destiné au financement des systèmes solaires domestiques, est donc en train de se muer en une solution judicieuse pour le financement d’autres types de biens et services. Ainsi, toutes les entreprises du secteur proposent désormais des modèles de prêts pour l’acquisition de biens de consommation (smartphones, télévisions, cuisinières), d’équipements à usage professionnel (motos-taxi, pompes à eau solaire pour les agriculteurs) ou encore pour le financement de services tels que le paiement des frais de scolarité. De fait, ce mécanisme de financement permet à des populations au faible pouvoir d’achat (dont une grande majorité vit avec moins de 2$/jour) et aux sources de revenus peu régulières, d’avoir accès à des biens et services du quotidien jusqu’ici financièrement hors de leur portée, en proposant des modalités souples et adaptables.


Des moyens technologiques pour garantir l’encaissement des paiements


Cette démocratisation du crédit consommation par le canal du PayGo n'aurait pu se faire sans un moyen de mitiger les risques liés à l'octroi de ces facilités de paiement à des populations aux revenus faibles et instables. Pour ce faire, les fournisseurs de service ont donc répliqué ce qui faisait leur succès dans le solaire, à savoir développer des solutions de monitoring à distance du matériel mis à la disposition du client, leur permettant à tout moment d'en couper l'accès si des défauts de paiement étaient constatés. C’est notamment le modèle économique de la startup PayJoy, présente sur divers marchés africains en direct (Kenya, Afrique du Sud) ou par le biais de partenariats avec des acteurs du PayGo (Baobab+), offrant à la clientèle la possibilité d'acquérir un smartphone en plusieurs mensualités. Une fois le prêt contracté, chaque paiement offre au client 30 jours d'utilisation, après quoi le téléphone est désactivé jusqu'au prochain paiement, l’appareil étant définitivement débloqué après remboursement total du prêt.


Lorsqu'il s'agit de dépenses qui ne peuvent être monitorées à distance, le besoin de disposer d'une garantie de paiement n'en demeure pas moins prégnant. Ainsi, en Ouganda, Fenix (entreprise évoluant dans le solaire hors-réseau) propose aux souscripteurs de crédit solaire une option supplémentaire leur permettant le paiement des frais de scolarité de leurs enfants. En cas de défaut de paiement du prêt scolaire, c'est tout le système d'éclairage du ménage qui se voie ainsi bloqué.


L’expansion de ce type de financement au delà de l'équipement solaire crée donc de nouvelles opportunités d'amélioration la vie des ménages à faible revenu sur le continent. Elle présente également des possibilités pour des acteurs évoluant dans divers secteurs (finance, technologie, distribution, assurance etc.) d’explorer de nouveaux modèles d'octroi de prêts, afin d’adresser des segments client jusqu’ici délaissés, et ainsi créer de nouveaux relais de croissance.